Handicap - Maintien

"En cas de risque d'inaptitude ou de restriction d'aptitude, la personne doit élaborer sa stratégie le plus tôt possible"....

 

Les grands thèmes auxquels vous pouvez accéder sur cette page :

 

1/Comment agir en cas de risque d'inaptitude au travail ?

2/Pourquoi est-il nécessaire de signaler au plus vite sa situation ?

3/Quelles possibilités envisager en matière de maintien dans l'emploi ?

4/Klesia : lien direct sur le site de protection et innovation sociale et Carcept Prévoyance Transport

 

 

 

Comment agir en cas de risque d'inaptitude au travail ?

 

- si la personne est salariée en activité, elle peut solliciter le médecin du travail à tout moment; une première visite permettra d'établir un bilan de sa situation, de mesurer les éventuelles restrictions d'aptitudes à envisager et de faire le point sur les dispositions à prendre. La déclaration d'inaptitude n'est jamais prononcée lors du premier rendez-vous, mais au terme d'une deuxième visite intervenant dans un délai de 15 jours.

- si la personne est salariée et en arrêt maladie, elle peut solliciter une visite de pré-reprise auprès du médecin du travail. Elle sera suivie d'une deuxième visite au moment de la reprise du travail. L'avis d'inaptitude ne sera formulé et communiqué à l'employeur qu'à l'issue d'une troisième visite, dans un délai de 15 jours après la précédente ou lorsqu'un examen de préreprise a eu lieu dans un délai de 30 jours au plus.

 

Pourquoi est-il nécessaire de signaler au plus vite sa situation ?

 

- la personne ne doit pas mettre sa santé en danger. Persister à son poste sans prendre conseil malgré les difficultés rencontrées risque d'aggraver son état de santé et de réduire les possibilités de maintien dans l'emploi.

- la personne doit être en mesure de définir au plus tôt sa propre démarche. Pour ce faire, elle doit disposer d'un maximum d'éléments objectifs sur sa situation. De quoi souffre-t-elle ? La maladie ou la déficience risque-t-elle d'évoluer ? En quoi sa capacité de travail est-elle réduite ? Si elle n'était plus en mesure d'assumer son poste actuel, dans quelle direction souhaiterait-elle s'orienter ?

- si nécessaire, la personne doit engager au plus tôt les démarches de reconnaissance du handicap. La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) suppose une démarche auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). Le traitement administratif du dossier peut demander plusieurs mois. La RQTH est indispensable pour obtenir certaines aides au maintien dans l'emploi.

- une attitude attentiste n'aura d'autre effet que de compromettre les solutions de maintien dans l'emploi. Envisager un aménagement de poste ou un reclassement professionnel demande du temps et de l'énergie. Mieux vaut éviter de placer l'employeur devant le fait accompli d'une situation d'inaptitude qu'il devra résoudre dans l'urgence.

 

Quelles possibilités envisager en matière de maintien dans l'emploi ?

 

Aménagement de poste, formation, reclassement, aides à la création d'activité... De nombreux dispositifs d'aide et d'accompagnement existent en matière de maintien dans l'emploi. En prendre connaissance peut permettre de se rassurer, d'entrevoir un début de solution et d'en informer son employeur le moment venu. D'où l'intérêt de prendre contact au plus vite avec le Sameth, qui centralise l'ensemble des ressources pour le maintien dans l'emploi.

 

La recherche d'une solution viable ne peut se faire qu'en concertation avec le salarié, en tenant compte de ses souhaits, des préconisations du médecin du travail et des contraintes techniques et financières de l'employeur. Elle nécessite donc une approche pluridisciplinaire, associant idéalement plusieurs acteurs.

 

 KLESIA : liens directs sur les sites en cliquant sur les images ci-dessous

  

ici vous trouverez toutes les informations utiles au soutien des aidants familiaux

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact | Conception & Réalisation | FNTV PACA - 368 Bd Henri Barnier - 13016 Marseille